Sélectionner une page

La technologie a pour vocation d’améliorer notre vie de façon générale. Lors du CES, plus de 4 000 entreprises nous font la démonstration de l’avenir de la technologie en présentant leurs tout derniers produits et/ou services. Bien qu’il soit amusant de se laisser emporter par l’excitation des écrans 8K, de la réalité virtuelle comme évoqué dans « Ready Player One » de Spielberg et des toilettes connectés (oui, oui), le CES offre également un aperçu non négligeable sur les prochaines évolutions des comportement des consommateurs et des tendances à observer en tant que spécialiste marketing.

.

1. Les ingrédients technologiques:

« Le voice computing est la discipline qui développe du matériel ou des logiciels pour traiter les entrées vocales.
Il couvre de nombreux autres domaines, notamment l’interaction homme-machine, l’informatique conversationnelle, la linguistique, le traitement du langage naturel, la reconnaissance automatique de la parole, la synthèse vocale, l’ingénierie audio, le traitement des signaux numériques, le cloud computing, la science des données, l’éthique, le droit et la sécurité informatique. »*

* Source: Wikipedia

Imaginez un haut-parleur cylindrique à commande vocale posé lascivement sur une table et répondant au nom d’Alexa (sujet déjà évoqué dans un autre article). Il est en mesure de jouer vos playlists musicales favorites, de rechercher vos stations de radio préférées, raconter des blagues, répondre à des questions et contrôler des appareils intelligents. Aux Etats-Unis, il s’agit d’un bestseller s’ètant trouvé sous le sapin de Noël 2018. Alors que seuls 118.5 million de smart speakers équipaient les foyers américains avant cette période.

Les assistants vocaux prolifèrent également sur les smartphones : Siri d’Apple gère plus de 2 milliards de commandes par semaine, et 20 % des recherches Google sur les téléphones Android aux USA sont effectuées par la voix. La dictée des emails et des messages texte fonctionne maintenant de façon suffisamment fiable pour être utile. Pourquoi user ses doigts quand on peut parler ?

Aussi simple que cela puisse paraître, la voix a le pouvoir de transformer l’informatique, en fournissant un moyen perçu comme plus naturel en terme d’interaction. Les fenêtres, les icônes et les menus, puis les écrans tactiles, ont été accueillis comme des moyens plus intuitifs de gérer les ordinateurs plutôt que de devoir faire de la saisie de commandes complexes. Mais le fait de pouvoir parler aux ordinateurs supprime totalement le besoin d’une « interface utilisateur ». Tout comme les téléphones mobiles étaient plus que des appareils sans fil et les voitures plus que des véhicules sans chevaux, les ordinateurs sans écrans et claviers ont le potentiel d’être plus utiles, puissants et omniprésents que ce que l’on ne peut l’imaginer aujourd’hui.

La robotique est une branche de la technologie qui traite des robots. Ces derniers sont des machines programmables capables d’effectuer une série d’actions de manière autonome ou semi-autonome et interagissant avec le monde physique par l’intermédiaire de capteurs.

Je dis que les robots sont « habituellement » autonomes parce que certains robots ne le sont pas. Les télérobots, par exemple, sont entièrement contrôlés par un opérateur humain, mais la télérobotique est toujours considérée comme une branche de la robotique. C’est un exemple où la définition de la robotique n’est pas très claire.

Il est étonnamment difficile d’obtenir des experts qu’ils s’entendent exactement sur ce qu’est un « robot« . Certains disent qu’un robot doit être capable de « penser » et de prendre des décisions. Cependant, il n’existe pas de définition standard de la « pensée robotique« . Exiger d’un robot qu’il « pense » suggère qu’il possède un certain niveau d’intelligence artificielle.

Quelle que soit la façon dont vous choisissez de définir un robot, la robotique implique la conception, la construction et la programmation de robots physiques. Seule une petite partie concerne l’intelligence artificielle.

L’intelligence artificielle (IA) est une branche de l’informatique. Il s’agit de développer des programmes informatiques pour accomplir des tâches qui, autrement, nécessiteraient l’intelligence humaine. Les algorithmes d’IA peuvent aborder l’apprentissage, la perception, la résolution de problèmes, la compréhension du langage et/ou le raisonnement logique.

L’IA est utilisée de nombreuses façons dans le monde moderne. Par exemple, les algorithmes d’IA sont utilisés dans les recherches Google, le moteur de recommandations d’achat d’Amazon et les détecteurs d’itinéraires SatNav (comme votre Tom Tom). La plupart des programmes d’IA ne sont pas utilisés pour contrôler les robots.

Souvent – mais pas toujours – l’IA implique un certain niveau d’apprentissage machine, où un algorithme est « formé » pour répondre à une entrée particulière d’une certaine manière en utilisant des entrées et sorties connues.

L’aspect clé qui différencie l’intelligence artificielle d’une programmation plus conventionnelle est le mot « intelligence ». Les programmes non-AI exécutent simplement une séquence définie d’instructions. Les programmes d’IA imitent un certain niveau d’intelligence humaine.

La 5G est la prochaine génération de haut débit mobile qui remplacera, ou du moins augmentera, votre connexion 4G. Avec la 5G, vous verrez des vitesses de téléchargement et de chargement exponentiellement plus rapides. La latence, ou le temps qu’il faut aux appareils pour communiquer entre eux sur les réseaux sans fil, diminuera aussi considérablement.

Les usages en seront les suivants:

  • Soins et santé

La 5G pourrait changer fondamentalement les soins de santé. On s’attend à voir des améliorations en télémédecine, en télérétablissement, en téléthérapie et en physiothérapie par réalité augmentée, en chirurgie de précision et même en chirurgie à distance au cours des prochaines années.

  • Commande à distance

Comme la 5G a une latence remarquablement faible, le contrôle à distance de la machinerie lourde deviendra une réalité. Bien que l’objectif premier soit de réduire les risques dans les environnements dangereux, il permettra également aux techniciens ayant des compétences spécialisées de contrôler les machines depuis n’importe où dans le monde.

  • Véhicule autonomes

À l’avenir, votre véhicule communiquera avec d’autres véhicules sur la route, fournira de l’information aux autres voitures sur les conditions routières et fournira de l’information sur le rendement aux conducteurs et aux constructeurs automobiles. Si une voiture freine rapidement à l’avant, il se peut que la vôtre l’apprenne immédiatement et freine de façon préventive, évitant ainsi une collision. Ce type de communication de véhicule à véhicule pourrait sauver des milliers de vies.

  • Sécurité publique et infrastructure

5G permettra aux villes et autres communes de fonctionner plus efficacement. Les entreprises de services publics pourront facilement suivre l’utilisation de containers, véhicules utilitaires, …grâce à des capteurs. Ces derniers pourront avertir les services concernées lorsque des ascenseurs publics tombent en panne ou que des canalisations restent bouchées après une intempéries. Les communes pourront installer rapidement et à peu de frais des caméras de surveillance.

  • IoT (Internet of Things – Internet des Objets)

L’un des aspects les plus passionnants et cruciaux de la 5G est son effet sur l’Internet des Objets. Bien que nous ayons actuellement des capteurs qui peuvent communiquer entre eux, ils ont tendance à nécessiter beaucoup de ressources et épuisent rapidement la capacité de données d’un réseau mobile.

Avec la vitesses offertes par la 5G ainsi que ses faibles latences, l’IoT sera alimenté par les communications entre les capteurs et les dispositifs intelligents.

« La blockchain est un registre numérique incorruptible de transactions économiques qui peut être programmé pour enregistrer non seulement les transactions financières mais pratiquement tout ce qui a de la valeur. »*

* Don & Alex Tapscott, auteurs de « Blockchain Revolution » (2016)

Pour mieux comprendre le fonctionnement de la blockchain, voici une petite vidéo explicative:

Au-delà de la cryptomonnaie, la blockchain peut s’appliquer à une multitude de services. En voici quelques exemples.

a. Les services financiers:

Il n’est pas étonnant qu’un nombre croissant de services financiers utilisent ce système pour introduire des innovations, comme les obligations et les contrats intelligents. Le premier verse automatiquement aux détenteurs d’obligations leurs coupons une fois que certaines conditions préprogrammées sont remplies. Ces derniers sont des contrats numériques qui s’auto-exécutent et s’auto-entretiennent, encore une fois lorsque les conditions sont remplies. Cela implique non seulement une transparence des échanges mais aussi un gain de temps et d’argent.

b. L’acte de propriété intellectuelle:

Un bien physique ou non, tel qu’une voiture, une maison ou une cuisinière, d’une part, ou un brevet, un titre de propriété ou une action d’entreprise, d’autre part, peut être doté d’une technologie intelligente. Cet enregistrement peut être conservé dans un livre comptable avec les détails contractuels des autres personnes qui sont autorisées à être propriétaires de l’objet du contrat. Des clés intelligentes (Smart Keys) pourraient être utilisées pour faciliter l’accès à la partie autorisée. Le livre comptable stocke et permet l’échange de ces clés intelligentes une fois le contrat vérifié tout en diminuant les risques de fraude ou de situations commerciales douteuses. Cette solution a pour vocation d’augmenter la confiance et l’efficacité.

c. L’industrie agro-alimentaire:

Las des scandales, les entreprises agro-alimentaires souhaitent satisfaire leurs consommateurs en rendant totalement transparents les processus de fabrication et permettant une traçabilité sans faille des produits finis.

d. L’identité:

Que cela nous plaise ou non, les entreprises en ligne savent tout de nous. Comme nous le savons, certaines sociétés revendent nos informations à des annonceurs. Ceci permettant de mieux cibler la diffusion de leurs publicités. La blockchain bloque cela en créant un point de données protégé où vous cryptez uniquement les informations que vous voulez que les personnes concernées prennent connaissance. Par exemple, si vous allez dans un bar, le barman a simplement besoin de l’information qui lui dit que vous avez plus de 21 ans.

Il est important de noter que pour que la blockchain fonctionne, le réseau de nœuds à nœuds doit se caler sur des normes éthiques. Une fois, et seulement si ces normes sont respectées, la blockchain pourrait devenir un outil puissant pour améliorer les affaires, faire du commerce équitable, démocratiser l’économie mondiale et soutenir des communautés plus ouvertes et plus impartiales.

La biométrie est la science de l’analyse des caractéristiques physiques ou comportementales propres à chaque individu afin de pouvoir authentifier son identité.

La biométrie permet d’identifier et d’authentifier une personne sur la base d’un ensemble de données reconnaissables et vérifiables, qui sont uniques et qui lui sont propres.

L’authentification biométrique est le processus qui consiste à comparer les données relatives aux caractéristiques de la personne à son « modèle » biométrique afin de déterminer sa ressemblance. Le modèle de référence est d’abord stocké dans une base de données ou un élément portable sécurisé comme une carte à puce. Les données stockées sont ensuite comparées aux données biométriques de la personne à authentifier. Ici, c’est l’identité de la personne qui est vérifiée.

Face à la fraude documentaire et au vol d’identité, aux nouvelles menaces telles que le terrorisme ou la cybercriminalité et à l’évolution des réglementations internationales, de nouvelles solutions technologiques sont progressivement mises en œuvre. L’une de ces technologies, la biométrie, s’est rapidement imposée comme le moyen le plus pertinent d’identifier et d’authentifier les individus de manière fiable et rapide, en utilisant des caractéristiques biologiques uniques.

2. Les consommateurs:

D’un point de vue consommateurs, le CES met l’accent sur les gestion des données et sur la protection de la vie privée.

Les révélations selon lesquelles des données appartenant à 87 millions d’utilisateurs de Facebook et à leurs amis pourraient avoir été utilisées à mauvais escient ont changé la donne dans le monde de la protection des données alors que les organismes de réglementation cherchent à sensibiliser les gens à la façon de protéger leurs informations personnelles.

Les consommateurs laissent une empreinte numérique sur l’ensemble des canaux et des médias, et ils sont pour la plupart conscients que les spécialistes du marketing utilisent ces données à des fins lucratives. Compte tenu des préoccupations croissantes au sujet de la sécurité et de la protection de la vie privée, les personnes veulent savoir quand les données les concernant sont recueillies, ce qui est stocké et par qui, et comment ces données sont utilisées. Cela a stimulé l’essor de l’industrie de l’identité personnelle dans une économie liées à la gestion des données cryptées, qui promet de donner aux consommateurs le contrôle sur leurs propres données (avec des solutions liées à la technologie de la blockchain).

La prolifération des technologies de marketing, l’expansion de l’utilisation des données des clients privés et l’évolution rapide de l’environnement mondial de la protection de la vie privée (RGPD et EU-US Privacy Shield, par exemple) créent un environnement de plus en plus vulnérable avec heureusement des sanctions sévères en cas de non-respect.

3. Sur le marché:

La réalité augmentée (RA) ajoute souvent des éléments numériques à une vue en direct en utilisant la caméra d’un smartphone. Des exemples d’expériences de réalité augmentée incluent les lentilles Snapchat (disponible sur mobile et sur desktop) et le jeu Pokemon Go.

La réalité virtuelle (RV) implique une expérience d’immersion complète qui exclut le monde physique. À l’aide d’appareils de RV comme HTC Vive, Oculus Rift ou Google Cardboard, les utilisateurs peuvent être transportés dans un certain nombre d’environnements réels et imaginaires tels que le milieu d’une cave envahie de zombies ou encore au milieu d’une oeuvre de Dali (expérience faite au CES avec la solution créé par Psycho Virtual Reality).

Dans une expérience de réalité mixte (RM), qui combine des éléments de la RA et de la RV, des objets réels et numériques interagissent. La technologie de la réalité mixte commence à peine à décoller avec l’HoloLens de Microsoft, l’un des premiers appareils de réalité mixte les plus remarquables.

Siri d’Apple, Google Assistant, Cortana de Microsoft, Alexa d’Amazon. De la maison intelligente au téléphone intelligent en passant par la voiture autonome, il existe de nombreuses applications liée à cette technologie de l’assistanat vocal. Et il sera difficile de passer outre dans un futur très proche.

Les assistants vocaux deviennent clairement de plus en plus courants dans notre vie quotidienne, modifiant ainsi la façon dont les marques et les consommateurs interagissent. En fait, le nombre de cas d’utilisation des applications vocales augmente chaque jour. L’année dernière, Google a lancé une nouvelle application Android, Voice Access, qui aide les personnes à mobilité réduite et les handicapés moteurs à contrôler leurs appareils. Avec cette application, les utilisateurs peuvent devenir plus précis et autonomes dans leur demandes comme par exemple pouvoir utiliser leur voix pour activer les icônes de téléphone portable et ainsi naviguer dans les applications.

Dans le monde entier, la hausse des coûts de la santé et le nombre croissant de la population posent beaucoup de questions. Les innovations numériques en matière de santé joueront vraisemblablement un rôle important :

  • Réduire les dépenses des soins à long terme.

  • Favoriser de meilleurs résultats en matière de soins.

  • Donner au patient et au prestataires de soins les moyens d’agir grâce à des données en temps réel et à des connexions les uns avec les autres.

  • Permettre l’introduction de nouveaux contributeurs à l’écosystème médical.

Les technologies de tous les jours comme les téléphones mobiles, les capteurs des smartphones, le stockage dans un cloud et l’analyse des données jouent aujourd’hui un rôle crucial dans la santé numérique. Cette dernière aidera à la prédiction précoce des maladies, ce qui entraînera des changements de comportement qui préviendront et élimineront les coûts du système de santé. Une identification plus précise et plus rapide des maladies améliorera le traitement et réduira le temps d’intervention. La télémédecine et la télésurveillance, associées à des soins moins coûteux, tels que les soins à domicile, amélioreront pour sûr la santé des patients. Les informations récoltées concernant la performance économique des produits et des services cliniques et/ou hospitaliers permettront d’améliorer le cycle de l’innovation.

Lorsque l’on pense au sport, on pense aux athlètes qui font de la compétition, gagnent des médailles et qui on l’espère, s’amusent ; après tout, ils jouent à un jeu. Même si il est dominé par les données et l’analyse des données.

Caméras sur le terrain et dispositifs de suivi intégrés dans les chaussures, raquettes et autres équipement traquent leurs statistiques sportives en temps réel. Cela permet aux entraîneurs et aux gérants d’équipe d’évaluer rapidement les joueurs et d’améliorer la dynamiques des équipes.

Combinez cela à l’IdO ou IoT (Internet des objets) et vous obtenez la tendance technologique qui dominera le sport au cours des 20 prochaines années. Comme BotBoxer: un simulateur de boxe robotique conçu pour les salles d’entraînement (ou ceux qui peuvent se permettre de dépenser 20 000 $) avec un sac de boxe intelligent se basant sur vos compétences sportives et s’adaptant à votre style de combat.

VR; hockey; jeu; game; CES LAs Vegas

Toutes mes félicitations! Vous êtes arrivés au bout de cet article! Vous aurez compris que le digital va au-delà des sites internet et des applications mobile. On parle ici d’un univers qui se réinvente constamment, un univers qui n’a pas de limites (référence au film « L’Histoire sans Fin« ). On ne parle ici du futur mais d’un présent qui s’immisce petit à petit dans notre quotidien.

Que nous le voulions ou non, il faut accueillir cette nouvelle révolution industrielle avec bienveillance et sans critique. Il faut surtout apprendre à dompter ces technologies, à les intégrer dans notre quotidien et ne pas en avoir peur au risque de se voir dépasser par les événements et de ne plus comprendre notre société.