Sélectionner une page

Cela fait quelques années que je fais du référencement naturel (SEO – Search Engine Optimization en anglais dans le texte). Ce que j’aime dans le SEO est le fait que l’on ne finit jamais d’apprendre : il faut sans cesse se renouveler, s’informer et se tenir au courant des dernières « tendances ». Le référencement est une découverte permanente. Mais d’un autre côté, les fondamentaux du SEO sont restés plus ou moins les mêmes, malgré deux décennies d’amélioration et de progression. Cela est-il dû au fait que beaucoup ne prennent pas la peine de comprendre le fonctionnement du SEO ? Ou au fait que la majorité se plient aux mythes véhiculés par certains grands penseurs?

En discutant avec des « newcomers », je me rends compte que le SEO est une science obscure et sombre pour beaucoup. Permettez-moi de démystifier quelques points :
1. Un truc ou un stratagème ? Le SEO peut vous avoir été présenté comme une séquence de trucs conçus pour que votre site se classe au-dessus des autres dans les résultats de recherche ; ce n’est que partiellement vrai. L’optimiseur essaie de comprendre quelles fonctionnalités et quels contenus sont les plus importants aux yeux des utilisateurs (et des moteurs de recherche) et de les leur fournir. La plupart du temps, cela se traduit par ce que l’on appelle des améliorations organiques. 2. Ce qui compte est le classement des mots-clés. L’une des plus grandes missions du SEO est de vous classer le plus haut possible dans les pages de résultats des moteurs de recherche (SERPs), mais pas que. Il existe des dizaines de mesures et d’indicateurs clés de performance (KPI) que vous devriez mesurer pour évaluer le succès de votre campagne, et les classements de mots clés n’en sont que l’un d’entre eux.
 
3. Le moins on dépense, le mieux c’est. Le SEO est connu pour être une stratégie rentable avec un retour sur investissement élevé (ROI). En conséquence, nombreux pensent que la meilleure approche du SEO consiste à dépenser le moins possible pour éviter les risques et maximiser les rendements à long terme. Cependant, les budgets faibles s’accompagnent d’une exécution stratégique au rabais. 4. Le référencement ? C’est fastoche ! Vous pouvez apprendre beaucoup de concepts SEO en un après-midi, mais il y a tellement de variables à retenir et d’options stratégiques à envisager. Il faut des années de pratique avant de pouvoir vous considérer comme un cador en la matière. Et même dans ce cas, il vous faut impérativement vous mettre à niveau en vous tenant au courant des derniers changements du moment. 5. Le référencement ? C’est pour les techos ! Il est vrai que le référencement renferme beaucoup de composantes techniques. Pour un débutant, l’édition de fichiers robots.txt et l’évocation de balises canoniques peuvent être intimidants. Mais même sans expérience de codage, il est possible d’en apprendre facilement les bases. Enfin… du moment que l’on s’y intéresse et que l’on y consacre le temps nécessaire. 6. La procédure de référencement est toujours la même. La plupart des gens faisant appel à une agence spécialisée dans le référencement s’attendent à ce que cette dernière utilise une procédure fiable, étape par étape, et obtienne les mêmes résultats pour le client B que pour le client A, dans le même délai. Le référencement est un art autant qu’une science, et différents clients auront besoin de stratégies de ciblage, de méthodes d’exécution et de niveaux d’investissement différents pour obtenir des résultats comparables. Bien entendu, il s’agit ici de mon point de vue et du retour de ma propre expérience. Mais j’aspire à croire qu’il permet d’ouvrir le débat et de nouvelles portes de réflexions. Si vous en avez assez de discuter de la reproduction des sardines en mer du sud et que vous optez pour un échange de point de vue autour du SEO, contactez-moi